Top

Allez citoyens, on se réveille !

Article de Stéphane CastellaniUn des mes cousins habitant au Luxembourg m’a dit l’autre jour : « Vivant à l’étranger, on se demande comment la France fait pour tenir toujours debout ». J’ai trouvé sa remarque intéressante et me suis dit que j’allais essayer de comprendre pourquoi en évitant de tomber dans des clichés.– Le coût du travail est lourd en France, en effet, mais cela n’explique pas tout. – Le temps de travail est « en régime minceur », c’est aussi vrai, mais cela ne s’applique finalement que très peu aux cadres et aux créateurs d’entreprise.Mais alors, quel est le réel problème ? Voici mon analyse qui je l’espère suscitera des réactions et enrichissements de votre part.

Album d’un groupe Allemand (que je ne connais pas mais dont l’illustration est  sympathique)

Une fois n’est pas coutume, voici mes conclusions avant de commencer :1. Il n’y a pas un problème mais des problèmes.2. Les obstacles ne sont pas uniquement liés à la législation mais surtout à notre état d’esprit.3. Il va vraiment falloir un électrochoc pour provoquer une prise de conscience et changer tout ca.Venons en aux raisons:1. Notre manque d’ambition : avoir une belle maison, une belle voiture et une bonne éducation pour ses enfants, c’est à peu près le rêve de chaque Français. Si en plus on peut s’acheter une belle montre, c’est tant mieux !2. Notre rapport à l’argent : difficile de résumer en quelques lignes ce sujet épineux mais ce qui est sûr, c’est que notre rapport à l’argent (aussi bien dans son acquisition que sa gestion) est plutôt malsain et nous crée des blocages inutiles. Anecdote de l’autre jour : un cadre sup d’une grosse boîte me dit « J’espère qu’il y aura de l’inflation importante dans les années à venir car comme ça j’aurai moins à rembourser pour mon appart » (sic !).3. Notre rapport au travail : j’ai été effaré d’apprendre l’autre jour que les Français mettent plus d’espoir dans la Française des Jeux pour devenir riche que dans le travail. Cela en dit long sur la perception des opportunités professionnelles.4. Notre aversion au risque : nous aimons sécuriser notre carrière avec une augmentation de 3 à 5% par an et sécuriser ensuite notre épargne afin de nous octroyer dans 30 ans si tout se passe bien un complément de retraite pour finir nos fins de mois.5. Notre manque de confiance en nos talents : Nous pensons toujours que le talent se trouve ailleurs. Arrêtons de regarder avec envie les Chinois se développer dans l’industrie et les Américains développer leurs startups, on pourrait faire la même chose en France.6. Notre manque de patriotisme : Malheureusement, quand nous avons l’opportunité de promouvoir des acteurs économiques, nous oublions de valoriser nos entreprises et leur préférons des concurrents étrangers. Si vous regardez bien, les Américains et Chinois ne procèdent pas ainsi …Arrêtons de penser petit et habituons nous à prendre des risques ! A raisonner comme cela, nous n’irons nulle part !!Le monde bouge hors de nos frontières et des millions de personnes se battent chaque jour pour s’offrir une vie meilleure. En vivant sur des principes vieux de 50 ans, il est certain que nous ne préparons pas une nation solide pour nos enfants et petits-enfants. Arrêtons de penser « moi » et essayons de penser « nous ensemble ».Je ne suis pas tendre mais je rencontre tous les jours des gens brillants qui se battent d’arrache-pied pour réussir et je pense qu’ils ont tout pour y arriver …. si nous croyons en eux et les encourageons.

6 Réponses à Allez citoyens, on se réveille !

  1. Romain Lhez 19 août 2011 at 11:07 #

    Hello Stéphane,

    Billet polémique certes, mais j’aime bien ! Je suis d’accord avec toi sur l’ensemble du constat.

    Je pense que le piège lorsqu’on aborde ce genre de thèmes est de tomber dans un ultra libéralisme bêta et aveugle.

    Car certes les impôts pèsent lourds en France Mais :
    * l’éducation est bonne
    * Les infrastructures du pays sont de bonne qualité
    * Le système de santé s’il perd bcp d’argent est de bonne qualité

    => Et tout ça, mine de rien, ce sont des facteurs de compétitivité

    Après la tendance lourde c’est que le centre du monde est train de se déplacer

    Europe au début du XXème => USA XXème => Chine / Inde dans pas si longtemps !

    Je pense que le facteur qui nous freine le plus est le vieillissement de la population… Une population jeune est moins averse au risque / « a faim » / n’est pas installé dans un certain confort…

    Et ça malheureusement nous n’y pouvons pas grand chose ! Ce qui ne veut pas dire que les entrepreneurs en France n’ont pas besoin de soutiens… Bien au contraire !

  2. rezaioff 19 août 2011 at 17:06 #

    Cher Stéphane,

    Voici une vision factuelle que je partage pleinement. Il y aurait tant a dire que ca nous prendrait tout le temps nécessaire pour essayer de contribuer à ce que ça change. Même si de cœur je reste un optimiste, ma raison me pousse au plus grand pessimisme.

    « May th force be with us »

  3. Sylvain Lepoutre 20 août 2011 at 9:53 #

    Bonjour,

    Vue depuis les USA, la France me parait soudain très différente. Notre population est éduquée et possède un esprit critique bien entrainé (ce qui fait vraiment défaut aux USA…). En revanche, le rapport à l’argent et le manque de confiance (dont découle le manque d’ambition) bloquent le développement du pays. Mais tous les talents sont là… il ne faudrait pas grand chose pour débloquer tout ça. Reste à identifier le « Pas grand chose » !

  4. Natasha Bernal 24 août 2011 at 22:01 #

    Je suis bien d’accord.
    Si l’intelligentsia avait un peu plus vocation aux secteurs de l’administration, peut-être qu’il y aurait de l’espoir.

    Si c’etait moi, je réformerais ces administrations très mal organisés et innefficaces, qui pourraient rendre la France très prospère et beaucoup de gens plus épanouis si ce n’etait pas fait en dépit du bon sens.

    A commencer par le Pole-emploi, la Boutique de Gestion et tous les services de soi-disant soutien aux entrepreneurs. On a l’impression d’être une boule de flipper. Personne n’est bien informé, tout est approximatif, voir erroné.

    Il y a des initiatives isolées ça et là, mais le seul intervenant à pouvoir vraiment améliorer les choses, c’est l’Etat.
    Sa puissance pour rendre notre pays concquérant est totalement inexploitée.
    Lorsque les administrations seront performantes, la fourmillière sera en meilleure forme et progressera parce qu’au lieu de voir des mirages et des murs, elle verra enfin un peu de ciel bleu, des sourires et du bon vivre.

  5. Cédric Labeau 25 août 2011 at 13:46 #

    Malheureusement c’est aussi le sentiment que j’ai. Par peur d’échouer on préfère ne rien entreprendre. Parler d’argent est tabou et en avoir est presque suspect. C’est bien connu les patrons exploitent leurs salariés et « se font de l’argent sur leurs dos »…
    Pour ma part ce que je trouve le plus exaspérant (outre l’aspect fiscal…) c’est la multitude de papiers à remplir, la lourdeur et la lenteur administrative.

  6. david 30 août 2011 at 15:11 #

    bravo! ancien cadre, fréquentant « branchés » artistes, je retrouve partout cette petite mentalité : avoir sécurité, confort, look, sorties, voici l’aventure!

    je me souviens de cet ingénieur dynamique et compétent avec qui j’avais commencé à monter un projet, mais lui etre à paris après la province avoir un appart avec sa copine c’était déjà le summum de l’ambition, difficile de prendre des risques à coté… il a fini par suivre son père qui lui répétait qu’il était fou de laisser une « carrière »

    pour ma part je pars dans quelques semaines aux usa tenter d’y monter ma startup, paris la ville musée ne m’inspire pas du tout
    on pourrait sans doute faire ici, mais tout est si ciompliqué : trouver des gens à la fois compétents et prets à prendre des risques, survivre à paris sans haut revenus, et à coté l’atmosphère de sinistrose et le gouvernement anti-internet aux décisions absurdes. atmosphère pesante, malsaine.

    heureusement qu’il y a les blogs de la silicone valley pour m’apporter de l’énergie! 🙂

Laisser un commentaire