Top

Création d’entreprise : êtes-vous indispensable ?

En terminant le livre  » Etes-vous indispensable ? Libérez le linchpin qui est en vous…« , je me suis dis que les conseils de Seth Godin   s’appliquaient bien aux créatrices et créateurs d’entreprise. Voici quelques extraits avec mes commentaires. Et merci à Seth.« Plus une chose est facile à quantifier, moindre est sa valeur. » Quoi de plus facile à comparer que 2 produits, surtout depuis que les comparateurs font la pluie et le beau temps ? Donc, plutôt que de créer le nième site e-commerce de produits électro-ménager, innovez comme Saucisson sec, développez les services et co-écrivez une belle histoire avec vos clients façon Michel et Augustin.« Si notre plan d’affaires dépend du fait qu’un riche nous « découvre » soudain, notre plan échouera probablement. » Oh oui, combien j’ai vu de projets qui, sous couvert de powerpoint de compétition, de tableaux excel incluant des projections délirantes et d’équipes brillantes et stéréotypées (sans grande capacité de remise en cause) attendre l’investisseur providentiel et son 1.000.000 € indispensable pour commencer à s’exprimer…tout ça pour finalement ne jamais voir le jour. Quelle perte de temps, quelle frustration !« Plus on a de talent, moins on a besoin d’actionnaires. » C’est limpide. Maintenant, laissez-moi une petite place dans votre capital…et conjuguons nos talents.« Le seul objectif en commençant est de finir et même si le projet n’est pas vraiment terminé, il faut livrer. » En clair, plus vite vous ferez votre premier € de chiffre d’affaires et mieux ce sera. Ne perdez pas votre temps (et votre argent) à refaire 19 fois votre business plan, à rechercher des capitaux (voir ci-dessus) ou à faire des études de marché. Le terrain, camarades, c’est la que ça se passe.« …il faut accepter que les créations ne soient pas toutes égales et que certaines personnes n’aient aucun succès. » Vous créez votre entreprise, vous vous plantez, où est le problème ? Refaites-vous une santé, recommencez et envoyez-moi votre executive summary !Avant de retourner à votre start-up, retenez qu’un entrepreneur c’est un innovateur, donc une personne qui n’accepte pas le monde comme il est et qui a envie de le changer soit avec une innovation majeure, soit avec une vision nouvelle et améliorée de l’existant, comme je l’ai fait en créant Juste à Temps Au fait qui veut le livre, après Antoine, mon nouveau chargé de marketing ?A bientôt.Patrick

5 Réponses à Création d’entreprise : êtes-vous indispensable ?

  1. Marc Thouvenin 29 août 2010 at 21:39 #

    Moi, je veux bien le livre 😉 je passerai le prendre à Paris un de ces jours.
    Autant, je partage ton avis et celui de Godin sur le thème « essayez de faire du chiffre d’affaires dès que possible », autant je pense qu’il ne faut pas le prendre pour argent comptant.
    En effet, il y a beaucoup de domaines où la fluidité d’un site gratuit et sans logique marchande est formidable pour amorcer. Je pense que c’est ce qui a fait décoller Netvibes à l’époque, et plus récemment, c’est ce qui permet à onvasortir.com de cartonner aujourd’hui, alors que peuplade et voisineo n’ont jamais trouvé leur public.
    Voilà, pour les projets communautaires.
    Et puis dans le ecommerce, on sait qu’il y a toujours un cap de notoriété et de trust à franchir pour que l’équation économique se fasse positive.
    Maintenant, ce qui est sûr c’est que si on n’arrive pas à trouver les 100 premiers clients avec quelques milliers d’euros, il est très probable qu’on n’en trouvera pas bcp plus avec un million.

  2. corentin 30 août 2010 at 23:57 #

    Article interessant, le livre doit l’être tout autant.
    Avec le web, il devient plus facile de commencer un projet, de manière à tester un peu son marché et la viabilité de l’offre. Gagner le premier € n’est pas non plus le plus compliqué, mais trouver le modèle viable l’est beaucoup plus 😉

    Perso après avoir essayé de faire directement du chiffre, je m’attelle à faire du volume gratuit afin d’avoir une crédibilité dans mon marché (le monde du web) et aux yeux de potentiels investisseurs.

    Qui sait, un projet réellement viable peut sortir au milieu de projets non rentables…

  3. sylvain theveniaud 3 septembre 2010 at 21:18 #

    Patrick, tu as tellement raison. J’ai vu également beaucoup de gens qui courent les aides et qui n’ont qu’un mot à la bouche burn out et qui se demandent tous les mois s’ils vont pouvoir continuer sans jamais avoir vraiment défini un modéle économique. Le meilleur capital n’est-il pas le revenu ? Mais en attendant le premier revenu on aura toujours besoin d’un capital d’amorçage et celui ci ce n’est pas les banques qui peuvent nous l’apporter …

  4. Valentin 3 mars 2011 at 22:02 #

    « Ne perdez pas votre temps (et votre argent) à refaire 19 fois votre business plan, à rechercher des capitaux (voir ci-dessus) ou à faire des études de marché. Le terrain, camarades, c’est la que ça se passe. »

    « Si notre plan d’affaires dépend du fait qu’un riche nous « découvre » soudain, notre plan échouera probablement. »

    Merci pour ces très intéressantes remarques, qui invitent à l’action ! Elles m’évoquent un autre article de Benjamin Levy, entrepreneur, qui expliquait lui aussi que « lever des fonds n’est pas nécessaire » :
    http://blog.lefigaro.fr/legales/2010/08/les-levees-de-fonds.html

  5. alexandria locksmith 5 mai 2011 at 18:40 #

    Hey, Good to see someone agrees with me. what do you suspect gonna happen next?

Laisser un commentaire