Top

Les concours de startups, un passage obligé ?

Pour traiter ce sujet, Business Angel France a fait appel à Guillaume Bort, 34 ans, co-fondateur et CEO de fioulreduc.com*, le premier site internet français de vente de fioul domestique à bas prix pour les particuliers. Auparavant, Guillaume est intervenu pendant près de dix dans le conseil en stratégie pour le compte des plus grandes entreprises européennes du secteur de l’énergie.

 

La structuration de l’écosystème Start-up (business angels, leveurs de fonds, bloggeurs, incubateurs, accélérateurs, etc.) a largement bénéficié aux concours de start-ups qui, chaque jour un peu plus, fleurissent sur l’ensemble du territoire national. Je ne m’essaierai pas à un exercice de recensement tant les initiatives sont nombreuses et intéressantes, mais avec à minima un concours par mois, la tendance est là ! Pour les jeunes startups, la question n’est donc plus de savoir s’il faut y participer, mais plutôt comment s’y préparer efficacement et quels bénéfices en tirer.Les bénéfices d’une participation aux concours de startups sont nombreux et agissent à trois niveaux :
  • Niveau #1 : Décision d’y aller & préparation du pitch
  • Niveau #2 : Jour J
  • Niveau #3 : Gestion de l’après pitch
DECISION D’Y ALLER & PREPARATION DU PITCHDécider de participer à un concours de startups est l’essence même de l’esprit entrepreneurial. Comme j’ai pu le dire dans d’autres articles, la passion et l’écoute sont selon moi les deux principales qualités d’un entrepreneur. C’est bien de cela dont on parle ici ! La décision de participer à un concours de startups reposant sur la passion de son projet et l’envie brûlante de le partager au sein d’une communauté d’initiés, mais également l’écoute attentive. L’entrepreneur devant être en capacité de digérer les remarques sur son business qui ne manqueront pas de fuser une fois le concours passé.Je passerai rapidement sur le fait que les concours contribuent à nourrir l’esprit de compétition et qu’il s’agit, selon moi, d’une saine et nécessaire émulation. Reste alors la préparation du pitch dont le principal avantage est de forcer l’entrepreneur à lever la tête. Souvent pris dans l’opérationnel, les occasions permettant de prendre de la hauteur et de se recentrer sur son business sont rares. Préparer un pitch, c’est savoir répondre aux questions qui font mal :
  • A quel(s) besoin(s) ma startup répond ?
  • Quels sont mes avantages concurrentiels notoires ?
  • Quelle est ma vision du business ?
  • Comment distancer (définitivement) mes concurrents ?
JOUR JLes deux principaux bénéfices du D Day sont : l’entrainement au pitch et les retours des professionnels que vous ne manquerez pas d’avoir. Lors du lancement de ma start-up FioulReduc (le 1er site internet de vente de fioul domestique attaquant un marché de 10 millions de consommateurs français) j’ai participé à plusieurs concours dont notamment l’Accélérateur, Start IN Paris et la Start-up Academy. Ces concours m’auront permis de tester l’intérêt de mon business et de m’entraîner à pitcher devant un public très large. Ce fut avec le recul une excellente préparation aux pitchs investisseurs que nous réalisons actuellement avec Hervé Degrève mon associé, dans le cadre de notre 1ère levée de fonds. Enfin, le jury de ces concours est souvent de très grande qualité et vous disposez non seulement d’un effet miroir immédiat, mais surtout d’une salve de critiques constructives avec pour objectif de vous faire avancer.GESTION DE L’APRES PITCHUne fois le Jour J passé, les bénéfices sont encore nombreux. En effet, en cas de victoire notamment, vous constaterez que vous bénéficierez :
  • D’importantes retombées Presse, vous permettant d’améliorer votre notoriété auprès du grand public, d’améliorer votre référencement naturel et de gagner en visibilité auprès des investisseurs,
  • D’une accélération de votre business, que ce soit par le gain de modules d’accompagnement, de l’obtention d’aide à la création, du réseau de contacts que vous vous constituerez, etc.
En guise de conclusion, mes deux derniers conseils sont les suivants. Tout d’abord, identifier quels sont les concours les plus influents pour éviter de trop se disperser, tant ils sont nombreux. Et enfin, avoir bien en tête que les bénéfices listés ci-dessus ne prennent leur pleine puissance qu’en cas de victoire et, une victoire, faut-il le rappeler, passe nécessairement par une bonne préparation !Merci Guillaume.Ajout de Patrick le 19 juillet : dans la série « Pour ou contre les concours de startups ? » voici un avis différent de celui de Guillaume sur Concours de startup : je passe mon tour*A propos de fioulreducLe prix du fioul domestique a augmenté de 23,1% en 2011 et représente ainsi la plus forte hausse des prix à la consommation en France. C’est ainsi plus de 10 millions de français qui subissent de plein fouet cette inflation et voient se réduire significativement leur pouvoir d’achat. Inspiré des réussites constatées chez nos voisins européens, fioulreduc aide les foyers français à faire des économies sur leur facture de fioul en fédérant un réseau de partenaires distributeurs indépendants et locaux. Grâce à ce service innovant, fioulreduc offre ainsi la garantie au consommateur d’acheter son fioul au prix le plus bas dans sa région.

22 Réponses à Les concours de startups, un passage obligé ?

  1. hannedouche 5 juillet 2012 at 7:04 #

    On l’a compris, Guillaume, tu milites pour les participations aux concours de startups. C’est vrai que tous les succès de fioulreduc dans ce domaine sont des bons arguments.
    Maintenant, je serai plus mesuré que toi. Je pense notamment à la perte de temps que cela entraine. Et oui, pendant qu’on participe à un concours de startup, on ne s’occupe pas de l’opérationnel de sa boite.
    Alors, quel startupper a envie d’écrire « Les concours de startups, attention danger » ?
    Cordialement.
    Patrick

  2. Travier 5 juillet 2012 at 7:53 #

    Merci pour cet article. Attention à bien choisir son concours. Beaucoup de concours vont vous mobiliser pour un apport assez faible. Regardez bien quels sont les prix (financiers) mais surtout quel accompagnement vous aurez et ce qu’en disent les anciens lauréats.
    L’accélérateur Idénergie (www.idenergie.fr) a depuis 6 ans un taux de satisfaction de ses lauréats supérieur à 90% et offre un accompagnement très poussés. Vous avez une idée de business, vous ressortez avec une start-up prête à créer.

  3. PierrickFil 5 juillet 2012 at 8:51 #

    Bonjour et merci pour cet article.

    De mon côté, je suis également un peu plus mesuré que cet article sur les concours de start-ups.
    Durant la phase de création de mon entreprise, je m’étais posé la question d’y participer pour éprouver mon idée et éventuellement trouver des associés.

    Après réflexion je ne l’ai pas fait et je ne regrette pas du tout. La création d’entreprise est une course de fond et ce genre de sprint ne me semble pas forcément adapté.
    Alors oui les retombées peuvent être intéressantes (quoique… auprès de quel cible?), l’ambiance a l’air bonne (voir presque festive…) et c’est toujours bien d’échanger sur son projet.

    Je préfère de loin les initiatives de « networking » type « Apéro Entrepreneur » ou « Start in Paris/Lyon » (simple pitch).

    Bonne journée

  4. hannedouche 5 juillet 2012 at 9:42 #

    Merci de contribuer au débat, Pierrick.
    Et si vous écriviez l’article « Les concours de startups, attention danger » ?
    Cordialement.
    Patrick

  5. Edouard 5 juillet 2012 at 9:50 #

    Hello Guillaume,

    Merci pour ce bel article. Etant moi-même startupper, je suis 100% d’accord avec ce qui vient d’être dit.
    Participer (et gagner) des concours de start-up, à condition qu’ils soient bien choisis, c’est de la visibilité / RP à 0€.
    Quand à l’investissement en temps que cela demande, les candidatures sont toutes les mêmes (présentation du projet / équipe / 3 slides de présentation pour le pitch), du coup, quand on en a fait 1 on peut en faire 10.

    E.

  6. Cédric Labeau 5 juillet 2012 at 12:52 #

    Merci pour ton point de vue Guillaume (il me semble t’avoir vu pitcher au Start in Paris du 11 avril 😉 )

    Personnellement, je pense qu’il peut être utile de participer à certains concours pour les différentes raisons que tu évoques (notamment pour s’entrainer à pitcher) du moment que ça n’empiète pas sur d’autres priorités.
    Mais soyons honnête, même si pour l’ego gagner un concours est gratifiant, ce n’est pas nécessairement ces startups qui réussissent le mieux 😉

  7. PAtallah 5 juillet 2012 at 12:58 #

    Si jecomprends bien, il faut foncer … je vous rejoins parfaitement là-dessus, c’estl’essence même de l’esprit entrepreneurial !

    Merci pourvotre article et pour ce blog que je découvre

    P.

  8. Kamel 5 juillet 2012 at 18:10 #

    Plus précisément, Guillaume, quels sont selon toi les concours auxquels il faut s’inscrire ?

  9. Guillaume 5 juillet 2012 at 22:01 #

    PATRICK & TRAVIER // je partage votre avis sur la bonne allocation des efforts. Bien choisir les concours ne paraît en effet essentiel.

    PIERRICKFIL // Tu sembles être un adepte du « si je suis en bonne santé, c’est grâce au sport, je n’en ai pas fait » 😉 A titre personnel, j’aime me frotter au terrain, mais je comprends ton argument et te félicite pour le lancement de ta boîte !

    EDOUARD // Tout à fait en phase avec toi sur la « réplicabilité » du pitch. Avec une bonne organisation, cela ne prend pas de temps et c’est une bonne répèt pour les pitchs investisseurs. Je crois d’ailleurs savoir que tu es en plein dedans avec ta boîte mention.net !

    CEDRIC LABEAU // « ce n’est pas nécessairement ces startups qui réussissent le mieux 😉 ». Parfaitement en ligne avec toi, remporté un concours n’est pas une garantie de succès.

    PAOLA // Oui, fonces ! Peu de place pour les timides dans l’écosystème des start-ups !

    KAMEL // A défaut de faire un long exercice de recensement, mon conseil est le suivant : privilégier les concours ayant un jury de professionnels, plutôt que ceux basés sur le vote du public.

  10. PierrickFil 6 juillet 2012 at 17:27 #

    Je précise mon commentaire précédent : ma « critique » visait particulièrement les « startups weekend » qui visent à (soi disant) créer une startup en 2 jours du pitch à la démo… c’est ce genre de sprint que je trouve inutile.

    Concernant les concours de pitch, cela peut-être intéressant comme je le dis à la fin.

    @Guillaume : Se frotter au terrain, c’est le très enrichissant! Mais avant de se frotter aux investisseurs, il faut se frotter aux clients !!! 😉

  11. JérômeM 6 juillet 2012 at 17:30 #

    Bonjour à tous,

    Donc si je comprends bien, participer aux concours sera toujours positif pour ce que ça apporte en visibilité, contacts et apprentissage de l’art du pitch.

    Cela semble effectivement bien utile pour développer son business…quand on a le temps. Pour ce qui nous concerne (mon associé et moi-même), nous avons chacun nos jobs « alimentaires », nos familles et chaque instant que nous consacrons à notre start-up doit être optimisé (le soir, le week-end, la journée dans les temps morts). Voilà, de mon point de vue, c’est vraiment une question de priorité. Les concours n’en font pas partie. Pourquoi? Voici quelques raisons:
    – Notre offre s’adresse au grand public. C’est une appli iphone en lien avec le web mais nos prospects sont des personnes physiques. C’est vers eux que tous nos efforts doivent porter.
    – nous en sommes à la version de test privé. Peut-être est-ce trop tôt pour éprouver le besoin de participer à des concours?
    – pas le temps: c’est la pire contrainte!

    Donc, a priori, si j’avais un article à écrire, ce serait « Les concours de startup : je passe mon tour »

  12. Guillaume 6 juillet 2012 at 18:15 #

    @pierrickfil : le client, seul juge de paix ! Je te rejoins complètement la dessus 🙂

    @JeromeM : ton quotidien semble en effet bien chargé et la passion t’animer. Tu pointes du doigt le point essentiel, l’organisation. Pour ma part le ratio « temps passé / gains » fut très nettement à mon avantage, mais je comprends que ça ne puisse être toujours le cas. Bon courage à toi !

  13. hannedouche 7 juillet 2012 at 18:12 #

    Chiche, Jérôme ?
    Je publierai volontiers ton article « Les concours de startup : je passe mon tour ».
    Cordialement.
    Patrick

  14. JérômeM 7 juillet 2012 at 19:24 #

    Une invitation comme celle-ci ne se refuse pas. Alors chiche, Patrick! je relève le défi.

  15. Mathieu 11 juillet 2012 at 11:47 #

    J’ai un peu le même feeling que Patrick concernant le caractère chronophage d’un concours de startup.
    Je dirais pour ma part que la pertinence d’une participation dépend sans aucun doute de la maturité de la startup. En effet, à la genèse de la startup, bien que tout exposition médiatique soit bonne à prendre, on a généralement pas mal de chose sur le feu pour permettre à son produit, à son service, de grandir sur des bases solides. Ainsi les partenariats, les recherches de nouvelles compétences, les plans de communication et autres plans marketing prennent déjà énormément de temps.

    Comme le dit JérômeM, lorsqu’en plus on doit faire avec un autre job à côté de son projet, ne serait-ce que pour payer ses propres factures personnelles, le temps est le bien le plus précieux. Le temps est d’ailleurs pour moi le principal « investissement » d’un porteur de projet qui va bien au delà de la mise en euros sonnant et trébuchant, qu’il apportera à son entreprise.

    Pour résumé le fond de ma pensée, je crois qu’il est préférable de consacrer son temps et son énergie à donner une assise à sa startup naissante, pour s’assurer qu’elle puisse grandir. Car bien qu’on comprenne facilement qu’une startup puisse mourir de n’avoir pas conquis son consommateur/utilisateur final, il ne faut pas oublier qu’une jolie pépite peut également mourir de son succès, et de ne pas savoir grandir aussi vite que ce dernier.

  16. 78tiret17 14 juillet 2012 at 21:14 #

    Bonsoir, juste un commentaire pour défendre ces concours et pour apporter mon opinion à @JérômeM
    « Notre offre s’adresse au grand public. C’est vers eux que tous nos efforts doivent porter. »
    Je pense que le public de ces concours peut être considéré comme le grand public. C’est donc l’occasion d’obtenir un premier retour de ses futurs clients, d’être confronté aux premières critiques et de réajuster le projet.

    « nous en sommes à la version de test privé. Peut-être est-ce trop tôt pour éprouver le besoin de participer à des concours? »
    L’intérêt pour moi dans ces concours est de pouvoir présenter une pré-version, une version juste « présentable » ou bien encore une maquette. La victoire est un détail, surtout dans les petits concours. Je trouve qu’il est très important de présenter le plus tôt possible aux futures clients son projet. Les commentaires du premier public ne seront pas agréables à entendre, mais il permet de voir tout de suite ou ca coince et surtout ce qu’il manque. Car les premiers commentaires après le « C’est beau » ou « C’est moche » sont très souvent : ‘C’est dommage qu’on ne puisse pas faire ça » ou « Comment on fait pour faire ça ». Ecouter les remarques dès maintenant permet de réorienter son développement produit et permet ainsi de gagner du temps. Je pense que les concours de startup restent un bon investissement en temps au moins pour ce point. (surtout que le temps pour réaliser une présentation n’est pas énorme, qu’elle sera réutilisable et que l’on n’est jamais à coté d’une victoire et du lot (¥€$/notoriété) qui va avec)

    Bon courage à toi et à ton associé. je vous souhaite une grande réussite.

  17. JérômeM 19 juillet 2012 at 9:24 #

    @78tiret17: merci pour ton post et ton message d’encouragement! je peux tout à fait comprendre ton point de vue. cependant, pour ce qui nous concerne le temps nous fait vraiment défaut. En faisant le calcul: préparation de l’exposé + transport + la journée passée au concours + le transport retour + puis le temps utilisé pour exploiter toutes les information recueillies…ça fait beaucoup trop pour nos agendas! Je te propose de lire le tout dernier billet publié sur ce blog: « Concours de startup, je passe mon tour ». Bon courage à toi aussi!

  18. Guillaume 27 juillet 2012 at 16:21 #

    @Mathieu – Pardons de me répéter et puisque le ppal reproche adressé à ces concours semble tourner autour du manque de temps, pour en avoir fait 3, je tiens à nouveau à insister : DU MOMENT QUE VOUS LES SELECTIONNEZ BIEN, CE N’EST PAS CHRONOPHAGE ! Si je voulais être un brin provocateur, j’irai même jusqu’à dire que ça ne prend pas beaucoup plus de temps que d’écrire un commentaire structuré et pertinent sur ce billet 😉

    @78tiret17 – J’adhère parfaitement à ta philosophie du « test en learn », des retours de professionnels du Ecommerce sont toujours salutaires. Je te rejoins également sur le 2ème point. J’ai pour ma part gagné à l’un de ces concours, un module d’accompagnement auprès d’un expert SEM. C’est au quotidien que j’en tire les bénéfices … tangible et chiffrable € !

    @ JérômeM – Le débat continue donc, à très vite 🙂

  19. Mathieu 27 juillet 2012 at 16:31 #

    @Guillaume – Touché! 😉

  20. JérômeM 30 juillet 2012 at 7:55 #

    @Guillaume – Merci, j’adore les débats! Je pense que ce n’est pas qu’une question de temps, et qu’il y a 2 autres facteurs à prendre en compte: est-ce bon pour ton écosystème? Et est-ce le meilleur moment? Et les réponses à ces trois questions (le temps, l’écosystème, le bon moment) permettent de faire un choix: y aller ou pas. Je veux bien croire que dans certains cas (le tiens?) tous les signaux sont au vert. Dans le mien, on est rouge, dans 2/3 des cas. Qu’en penses-tu?

  21. Guillaume 30 juillet 2012 at 9:42 #

    @JérômeM – Bonjour Jérôme, merci pour ton retour. Puisque l’on semble tous finalement s’entendre sur le fait que ce n’est pas une question de temps ; une bonne organisation permettant de travailler efficacement. Je vais répondre en deux temps.

    Tout d’abord les questions que tu te poses sont au demeurant assez légitimes et, via une veille légère, tu trouveras certainement chaussure à ton pied dans les nombreux concours qui sont proposés aujourd’hui.

    Mais je propose de sortir du débat en tant que tel. Après mes 10 de conseil, un de mes premiers enseignements pour basculer dans l’entreprenariat, fut de mettre de côté l’excès d’analytique dont on peut faire preuve en tant que consultant. Pour répondre à ta question, mon avis est le suivant. Compte tenu de l’enjeu (on parle ici d’un concours de start-up, et non de l’entrée au capital d’un actionnaire ou encore d’un pivot pour ta boîte) il y a, à mon sens, beaucoup trop de questionnement dans ton approche de la chose. Il ne s’agit pas d’être empreint de légèreté, mais bien d’accepter de se lancer sans nécessairement connaître les tenants et les aboutissants de la décision que l’on prend.

    Je ne tire ni fierté démesurée, ni d’énormes satisfactions de ces concours (i.e. la traction client que je constate au quotidien sur mon marché et les retours positifs de mes fournisseurs, me comblent bien davantage), mais ma participation à ces concours lors du soft launch de FioulReduc a contribué à modeler l’entrepreneur que je suis aujourd’hui et à créer une dynamique de réussite … et Dieu que c’est important au tout début !

    A très bientôt et bon courage à toi / Guillaume.

  22. Guillaume 8 août 2012 at 20:29 #

    Bonjour à tous, un article des « Echos Entrepreneurs » à lire. Intitulé « Créateurs : Profitez de l’été pour passer des concours », il apporte de la matière à cet article …

    A bientôt / Guillaume.

Laisser un commentaire