Top

Messieurs, avez-vous le bon look au boulot ?

Article de Stéphane CastellaniAllez, c’est le mois d’août, ce sont les vacances, j’en profite pour vous parler d’un sujet un peu léger qui pourrait aussi être vu comme un sujet de « rentrée » 😉 : avez-vous le bon look pour aller travailler ?Cet article est repris de mon interview au magazine « Management » dans le « Hors Série Juillet/Août 2011 ».Management : Qu’est ce qui guide nos choix quand on s’habille pour aller travailler ?SC : « Plusieurs facteurs influent sur notre façon de nous vêtir : notre personnalité, notre âge, notre profession, l’ambiance de la société dans laquelle on travaille… Mais ce qui compte le plus, c’est le regard des autres. De façon générale, plus l’entreprise est importante plus la tendance est à l’uniformisation. Dans les grandes structures, on a moins de temps pour échanger et on ne peut pas connaître tout le monde personnellement. Du coup, il est plus risqué de se démarquer par son look, car ceux qui ne vous connaissent pas vous jugeront sur ce seul critère. Du coup, on choisit de s’habiller comme les autres. »Adopter un look décalé n’est-il pas un moyen de se différencier, de sortir du lot ?SC : « C’est un choix risqué, qui suppose d’avoir un vécu qui vous le permette. Quand Steve Jobs se présente devant 200 analystes financiers en jean et en baskets, cela fonctionne parce que tout le monde sait ce qu’il a bâti et d’où il vient. Mais un cadre lambda qui arriverait dans une entreprise du CAC 40 dans cette tenue susciterait de l’incompréhension parce que la majorité des gens ne savent rien de lui. Il ne faut pas négliger le fait qu’un look alternatif peut être anxiogène. Pour s’affirmer au sein d’une entreprise, il faut la caution des autres. Dans l’univers relativement anonyme d’une grande entreprise, cette caution passe par le respect d’un code vestimentaire commun à tous. »S’habiller comme les autres, n’est-ce pas renoncer à sa personnalité ?SC : « Il faut tenter de trouver le juste compromis entre le « dress code » de l’entreprise  et les vêtements qui expriment le mieux qui vous êtes. Quelqu’un qui postule dans une agence bancaire ne doit pas forcément renoncer à toute fantaisie, mais il est préférable de la limiter aux accessoires comme la montre, les lunettes ou les bijoux. A l’inverse, se présenter dans une start-up n’implique pas forcément de troquer son costume contre un jean et un tee-shirt, mais il vaut mieux renoncer à la cravate qui est un accessoire incongru. »Quelles sont les erreurs grossières à éviter ?SC : « Le principal écueil est sans doute de faire fi de la propreté. En tant que dirigeant de start-up, je vois beaucoup de postulants qui savent que, dans ce milieu, l’on peut se présenter à un entretien dans une tenue décontractée. Mais certains candidats ont tendance à confondre « décontracté » avec « négligé ». Les taches, les chaussures boueuses, les vêtements fripés sont de véritables repoussoirs. Lors d’un rendez-vous pour un recrutement, de telles « erreurs » sont inacceptables car elles traduisent un manque de respect pour son interlocuteur. L’apparence constitue un critère déterminant pour inspirer la confiance. »Quels conseils viennent cherches les Internautes sur votre site, LooknBe.com ?SC : « Notre site aide les gens à percevoir comment ils sont vus par les autres. Les Internautes posent souvent des questions sur le look qu’ils pensent adopter à l’occasion d’un événement particulier, du type entretien d’embauche ou rencontre amoureuse. Ils s’interrogent beaucoup sur le choix de la coupe de cheveux ou des chaussures : « Comment ça me va ? », « De quoi j’ai l’air ? » On manque souvent de lucidité pour trouver la réponse à ces questions devant un miroir. Internet se prête bien à l’exercice : des dizaines de gens vous donnent une réponse spontanée, sans a priori, sur vous, et il est possible, en prime, de consulter les pistes données par des professionnels du look. »

Une Réponse à Messieurs, avez-vous le bon look au boulot ?

  1. tetatutelle 5 août 2011 at 1:02 #

    Pour moi, hormis le cas de la propreté que vous avez souligné bien à propos et celui de « l’extrême extravagance », cette question « n’a même pas à être discutée » ! Le simple fait d’en parler m’agace au plus haut degré !! Exiger l’uniformisation, c’est tout simplement « s’ériger contre le principe de liberté individuelle » ! Et même pire que cela, dans le cas de certaines personnes, ça peut s’avérer même « un non respect de ses problèmes de santé » ! Ex une femme qui n’arrive pas à supporter la chaleur et à qui on impose le pantalon à toute saison (eh oui, on peut tomber dans une entreprise où « toutes les collègues sont en pantalon » ! Alors faut-il impérativement s’y mettre ? L’uniformisaton doit-elle aller « jusqu’à ce point » ?….) ou des manchettes par 30° alors qu’elle ne supporte que les bretelles (débardeur ou robe à bretelle)…..Désolée mais s’habiller comme on le souhaite (et plus encore « comme on le supporte au niveau chaleur » !) c’est « la base de la liberté individuelle » ! Et le raisonnement « si vous travaillez pour une entreprise, vous devez vous conformer à ses exigences » (sauf si une tenue « bien précise » est exigée dans « le règlement ») ne tient pas la route. Pour une raison toute simple : si un chef d’entreprise est propriétaire de son entreprise, le salarié en tant qu’individu est « propriétaire de son propre corps » ! Et le fait d’entrer dans l’entreprise « ne remet en rien en cause cettte propriété du corps » ! Donc en la matière, on se trouve tout simplement face à « un conflit de propriétés » : deux propriétés s’affrontent, cherchant à empiéter l’une sur l’autre, c’est aussi simple que cela. Or désolée, « le respect des propriétés respectives des uns et des autre est un principe non négociable » !! Un salarié enfreint la propriété de son employeur s’il salit, casse du matériel, insulte son employeur ou présente un problème disciplinaire quelconque….pas s’il arrive avec une cravate bleue quand la mode est au rouge ! Parce que la cravate est accrochée à « son propre corps » (pas à celui du patron ni au mur de l’entreprise). Un salarié doit être jugé sur une seule chose : les COMPETENCES TECHNIQUES qu’il apporte à l’entreprise !!

    Personnellement je suis sans emploi depuis vingt ans (depuis ma sortie de scolarité, tout simplement) et je pense que mes résistances en ce domaine y sont un peu pour quelque chose…..sans être pour autant la raison principale, laquelle est « un handicap » (et donc un réel problème « pour le travail lui-même »). Mais justement dans ce cas c’est « encore plus problématique » ! Parce que « moins autonome », on a davantage sa place justement dans « une grande entreprise », celle dans laquelle vous relevez précisément que le look est problématique !…..Précision « je suis une femme » et j’ai bien vu que cet article s’adresse aux hommes. Mais la question se pose pour nous « encore bien plus », justement ! Pour une raison toute simple : au niveau vestimentaire, autant dire que « TOUT est permis pour une femme » (y compris porter des vêtements d’hommes) ! Chez vous les hommes, après avoir ôté tout ce qui vous est interdit déjà « culturellement » (la jupe, la robe, les couleurs trop gaies, trop vives), ben en effet en gros il vous reste « jean et costard » ! Alors après in fine ça n’est plus qu’une question de « quelques détails…..Alors que nous à l’inverse, quand deux heures de conseils de copines » donnent pour résultat soit-disant seulement « deux tenues » qui vous correspondent sur une panoplie de « dizaines existantes », c’est fou ce qu’on peut avoir l’impression d’être « libres » ! A se demander (merci d’être gallants et de ne pas mal le prendre !) si finalement vous n’êtes pas « plus heureux en ayant moins de choix »…. Car de cette manière vous avez « moins de regrets » !

Laisser un commentaire