Top

Nos amis les banquiers

Sympa de retrouver pour la rentrée les amis William Genis et Quentin Peretti, co-créateurs de Neosquat, et leur chronique mensuelle pour My startup story™ saison 3. 

Chapitre 1 : En création d’entreprise

La première fois que nous sommes allés voir un banquier, nous étions quatre mois avant la création de l’entreprise NeoSquat. Jeunes, fougueux, pleins de belles idées, nous posions plein d’espoir le document intitulé « Location de meubles en région parisienne pour les étudiants » sur la table (ndlr, le nom est venu plus tard, et la cible s’est élargie !).Quelle surprise fut la nôtre lorsqu’après avoir lu le titre et j’imagine beaucoup réfléchi, notre interlocuteur, qui n’est pas devenu notre banquier, nous encouragea dans la voie de l’entrepreneuriat par ces doux mots : « Ça ne marchera jamais ».Que dire sinon qu’il s’agit d’un point de vue qui a eu le mérite de nous amener à approfondir notre projet pour en augmenter les chances de réussite : merci, nos amis les banquiers !Un pro mérite un pro

Chapitre 2 : En développement d’entreprise

La seconde fois que nous sommes allés voir les banques fut environ un an après cette charmante première rencontre. Le projet qui ne marcherait donc jamais courait déjà et le fameux mur du BFR, financement de la croissance, ou manque de moyens pour les novices se dressa devant nous.Une fois de plus, nous posâmes donc fièrement un document intitulé « Location de mobilier pour les particuliers, NeoSquat, projet de développement 2014/2016 ».– « C’est un projet intéressant que vous portez ! Nous serions heureux de vous aider… »– (Chouette)– « … mais nous ne finançons pas le BFR »– (Pas chouette)Pour la seconde fois, le refus de nous prêter de l’argent nous a amené à réfléchir plus en profondeur encore sur notre business model et ces réflexions ont accouché d’idées révolutionnaires que nous ne serons pas en mesure de dévoiler ici par sécurité face à la férocité de l’espionnage industriel dans le domaine de la location de mobilier !Toujours est-il que se voir refuser de l’aide nous a forcé à beaucoup grandir, merci à nos amis les banquiers.Mendiant

Chapitre trois : L’envers du décor

Avis à tous ceux qui comme nous ont ressenti ce besoin de s’offusquer devant le fait que les ASSEDIC financent plus la création d’entreprise que les banques, sachez que nos amis les banquiers vous soutiennent quand même ! A titre personnel, nous avons, malgré ce que l’on en dit, eu accès au crédit grâce à la Caisse d’épargne. Nous avons même eu l’immense chance de gagner le concours de la BNP Paribas Ma Pub ici et de participer aux tables rondes de l’entrepreneuriat de cette même banque.Essayons de nous comprendre, les histoires peuvent être belles !Au fait, nous n’avons plus besoin de sous, chez Neosquat nos clients sont nos meilleurs financeurs. 

PS : Petit rattrapage avec quelques idées pour se financer

Les réseaux Initiative, Entreprendre, les concours, la BPI, le crowdfunding, l’investissement ISF, les Business Angels… sont autant de financeurs qui cherchent à aider les entrepreneurs, bon vent à tous !
Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire