Top

Pourquoi ont-ils réussi (leur startup ou leur entreprise) ?

Article de Stéphane Castellani, paru le 15/06/2011 sur la tribune d’expert du Journal du Net. Je m’intéresse dans cette tribune à ce qui fait le succès d’une startup. Que me répondriez-vous si je vous demandais quelle est la raison du succès d’entreprises comme IKEA, Apple, Google, Facebook, Métro (le quotidien gratuit), McDonald’s ?Je pense que beaucoup d’entre vous me répondraient que c’est d’avoir eu une très bonne idée. Mais dans ce cas pourquoi sont-ils si uniques, pourquoi leurs concurrents ne les ont-ils pas copiés ? En fait  ces entreprises ont été copiées et recopiées de multiples fois. Et pourtant, rien n’y fait.Même si la qualité d’une idée reste essentielle au succès d’une entreprise, elle n’est pas suffisante, loin de là. Je dirais que l’idée représente à elle seule tout au plus 30% de la qualité du projet (s’il s’agit d’innovation, beaucoup moins sinon) mais que l’excellence opérationnelle en représente plus de 50%. J’accorde volontiers 20% à un facteur « chance », non vraiment contrôlable (opportunités, rencontres, conjoncture économique, santé, événements familiaux …)Qu’entend-on par « excellence opérationnelle » ? Il s’agit de la capacité de l’entreprise à dérouler son mode opératoire d’une manière irréprochable.Un des meilleurs exemples est selon moi « IKEA ». Leur métier consiste à vendre du matériel et accessoires de maison. Malgré le nombre important de concurrents, ils véhiculent une image d’excellence qu’aucun ne saurait leur égaler. Chez eux, tout est orienté client, depuis la restauration à bas prix jusqu’aux animations pour enfants. L’autre jour, en y allant avec mon fils, je me suis même rendu compte qu’ils avaient installé des rampes dans les escaliers à hauteur des enfants, sous forme de serpent vert. Chapeau bas …Pour comprendre plus en profondeur ce qu’est l’excellence opérationnelle, nous pourrions faire une analogie au sport d’aviron (ou au bobsleigh, même si moins connu). Une bonne équipe est synchronisée et en phase avec le barreur. Chaque individu s’efforce d’avoir les meilleures performances individuelles tout en étant à l’écoute du barreur afin de contribuer à la performance collective.Vous venez de créer votre startup ? Votre idée est fort certainement copiable. Par contre, la bonne nouvelle, c’est que l’excellence opérationnelle ne se copie pas, c’est une culture d’entreprise inculquée par le management et reprise à tous les niveaux de l’entreprise. Toutefois, tendre vers l’excellence opérationnelle est un travail permanent et exigeant qui requiert un alignement complet du personnel aux objectifs de l’entreprise. Elle suppose avant tout une appropriation par chacun de la stratégie de l’entreprise et de sa contribution personnelle aux objectifs globaux de l’entreprise.Voici enfin quelques conseils pour tenter d’y arriver :
  • Comparez votre entreprise à une bateau d’aviron et demandez-vous si le barreur que vous êtes donne la bonne direction et le bon dynamisme.  Les rameurs sont dos à l’objectif et concentrés sur leur rames, seul le barreur peut leur donner la direction et l’impulsion.
  • Identifiez des profils à fort potentiel qui savent également s’intégrer dans une équipe et s’approprier la stratégie d’entreprise. Evitez les champions qui aiment le côté solo.
  • Identifiez les qualités cachées de vos collaborateurs et encouragez-les à les utiliser afin de contribuer pleinement aux objectifs de l’entreprise.
  • Quand la direction n’est pas (ou plus) bonne, reconfigurez votre équipe pour la nouvelle donne.
  • Si vous rencontrez des dysfonctionnements internes contre-productifs, resensibilisez l’ensemble de l’équipe aux objectifs de l’entreprise et expliquez leur en quoi leur performance individuelle contribue à l’objectif fixé.
Action !

2 Réponses à Pourquoi ont-ils réussi (leur startup ou leur entreprise) ?

  1. Bastien Donjon 6 juillet 2011 at 13:52 #

    Super cette comparaison avec l’aviron ! elle facilite l’appropriation du sujet traité. Il est évident que pour qu’un projet se concrétise il faut être pro des le début. C’est à dire structuré et organisé.

    Dans le même esprit j’ai écrit un article sur la gestion d’un projet innovant en faisant la comparaison avec un rubiks cube :
    http://blog.vicus.fr/veille/reflexion-le-dilemme-du-rubiks-cube-entrepreneurial/

    Bastien

  2. Hussein 6 juillet 2011 at 19:28 #

    Je pense aussi qu’il y a un facteur très important qui entre en jeu : la connaissance et une perpétuelle remise en question de soi.

    Comme le cas d’Ikea avec la rampe, ceux qui réussissent ne s’auto-satisfont jamais de leurs acquis.

Laisser un commentaire