Top

Retour de Shanghai

Avec Annie, ma petite femme préférée, nous avons profité de l’Expo 2010 Shanghai  pour découvrir, très partiellement, la Chine. Voici quelques réflexions de retour en France.• Avant de partir, je me posais la question « A quel moment la Chine va nous doubler ? ». Et bien, j’ai la réponse : C’est fait ! Des exemples ? La croissance, les transports en commun (train, métro), la fièvre acheteuse des consommateurs… Attention, je n’ai pas dit qu’on est fichus. • Sur place, j’ai constaté un contraste très important entre l’efficacité collective dans les aéroports, les gares… et l’individualisme de la population notamment au volant des bus et des taxis : ça klaxonne et slalome dur ! • Shanghai est vraiment au bord de la surchauffe. Des exemples ? Le trafic routier, la fièvre acheteuse des consommateurs sur la rue de Nankin  le samedi après midi (ça me rappelle l’ouverture de l’hypermarché Continent en 1980 où nous avions du fermer les portes du magasin à cause de l’affluence).• En arrivant sur le lieu de l’Expo, on ne voit qu’une chose, le pavillon chinois rouge  dominant tout : est-ce une préfiguration de l’avenir ? A l’inverse, sans rejoindre le camp des grincheux, le pavillon de la France (dont l’architecture ne m’a pas emballé), met essentiellement en avant le passé avec des vieux films et des tableaux ainsi que le luxe. Dommage quand on sait que 95% des visiteurs sont Chinois et que très peu connaissent notre pays. • Selon moi, la France et surtout l’Europe doivent réagir en se donnant les moyens d’une croissance durable = croissance régulière (arrêtons la démago sur la décroissance, camarades) s’appuyant notamment sur le respect de l’environnement. Les échanges Chine-France se faisant sur des produits industriels (avec des capitaux français comme pour la nouvelle usine PSA). Concernant les échanges France (Europe) – Chine, dans la foulée du luxe, de nombreuses opportunités vont se présenter autour des produits liés à l’amélioration de la qualité de la vie au quotidien avec l’augmentation du pouvoir d’achat des Chinois. Attention, ceci passera par beaucoup plus de flexibilité de la part de la (vieille) Europe. Et quand on voit notre attitude sur les retraites, c’est pas gagné… • Dans certains domaines, la Chine évolue plus vite que la France (infrastructures routières, aéroportuaires…) et dans d’autres à l’inverse (retour du vélo à Paris / développement de la voiture à Shanghai où ça craint pour les piétons). J’ai trouvé le paradoxe instructif. • Quelle différence de mentalité (et de prix) entre les taxis à Shanghai et à Paris ! Allez, je lance une idée : créons un programme d’échange entre les 2 : 1 mois de travail à Paris pour les taxis shanghaiens et vice-versa. Ne diffusez pas l’idée, les taxis parisiens risquent de manifester… et les Shangaiens de rester à Paris au grand dam de Brice de Nice Paris. • J’ai perçu une lacune chez les Chinois : ils maitrisent très mal la langue anglaise ; et comme ils auront du mal à imposer leur langue trop compliquée au reste du monde, il va falloir qu’ils apprennent la langue de Shakespeare. • C’est surprenant de voir régulièrement le personnel qui dort dans les boutiques. J’avoue que ça m’arrangerait de faire de même chez Juste à Temps, moi qui suis un adepte de la sieste. • Au passage, voici quelques adresses : le Musée de l’urbanisme  pour sa mise en scène et sa maquette géante de Shanghai ; le restaurant Lost Heaven  pour sa cuisine du Yunnan, le quartier de Xintiandi  pour ses cafés branchés ; le Coffee beanery, café wifi sous l’opéra. • Angels Shanghai : dommage, je n’ai pas eu le temps de rencontrer cette association de business angels. • Et Juste à Temps  à Shanghai ? Si l’un(e) d’entre vous est intéressé(e) pour monter la filiale, juste let me know… En tout cas, j’ai constaté une profusion d’aliments en sachets individuels : biscuits, viande séchée…Allez, je vous laisse, je vais checker mes 500 mails ; et oui j’ai réussi à passer une semaine sans les consulter. Au fait, lors d’un prochain billet, je vous dirai comment je m’organise dans ce domaine.Zài Jiàn !Patrick

3 Réponses à Retour de Shanghai

  1. ETIENNE 26 septembre 2010 at 10:40 #

    Bravo Patrick pour ce billet .N’oublions pas de mentionner le RED BAR sur le BUND au N° 18 très exactement où le SHANGAÏ new génération se rencontre pour lier des contacts « business  » et beaucoup plus si affinités !
    Oui LONDRES et NEW YORK sont démarquées pour une première aventure hors FRANCE de nos jeunes .
    A bientôt
    ETIENNE

  2. warter michel 3 octobre 2010 at 17:27 #

    Merci Patrick pour ce résumé de tes impressions chinoises.
    Et de nous faire comprende que le monde évolue à toute vitesse et que nous souhaitons faire du sur place . Cherchez l’erreur.
    A bientôt
    Amitiés Michel Warter

  3. YannickTaz 6 octobre 2010 at 11:22 #

    Bonjour,
    Une de mes amies vit actuellement en Chine et pourrait être intéressée. N’hésitez pas à me solliciter pour obtenir ses coordonnées!
    Cordialement,
    ps: la sieste n’est pas négative si elle est courte et réparatrice et non pas comme lui: http://www.gastonlagaffe.com !

Laisser un commentaire