Top

Startups, comment vous différencier avec votre application mobile ou votre site web

Article de Cédric Labeau

Réussirez-vous à relever ce défi ?

Capter l’attention d’un client en plein milieu d’un centre commercial bondé de monde, l’attirer à vous, lui faire comprendre votre offre et le persuader de l’acquérir, le tout en moins de 10 secondes.Différencier son offre

Et pourtant, faire passer rapidement un message convaincant aux internautes/mobinautes tout en leur offrant une expérience suffisamment intuitive pour qu’ils prennent plaisir à découvrir et à utiliser votre site web ou votre application mobile est une prouesse que vous devez être capable de réaliser.

Certaines startups ne savent pas rester simples et s’imaginent qu’en mettant une tripotée d’informations et de fonctions devant les yeux du prospect, celui-ci sera convaincu du potentiel de leur offre.

Mais sincèrement, avez-vous déjà prêté attention à la façon dont vous naviguez sur le web ? Lorsqu’au bout d’une dizaine de secondes vous ne comprenez toujours pas l’intérêt d’un site internet ou que vous êtes perdu au milieu de fonctions incompréhensibles,  que faîtes-vous?

Je me doute déjà de votre réponse !

Et c’est bien ce qu’ont compris des startups comme Dropbox, Instagram ou encore Capitaine Train qui, sans avoir eu finalement « l’idée du siècle », ont innové par leur simplicité.

Mais alors, comment accrocher rapidement un prospect et éveiller en lui l’envie de tester votre produit ?

Rester simple n’est pas…si simple !

Il est évident que le design (couleurs, mise en page…) joue un rôle extrêmement important mais tant que les deux points suivants ne sont pas respectés, vous continuerez à perdre bêtement des utilisateurs.

En effet, lorsqu’un internaute/mobinaute arrive sur votre produit, deux questions lui viennent à l’esprit.

Que peut m’apporter ce site ou cette application mobile ? L’utilisateur doit comprendre immédiatement le bénéfice qu’offre votre produit au lieu de perdre du temps à déchiffrer une liste interminable de fonctions en essayant de comprendre à quoi elles peuvent bien servir.

Si en arrivant sur mon offre X, vous voyez que je vous propose de pouvoir vérifier le bon fonctionnement de votre système, de l’activer à distance et de prendre des photos de jour comme de nuit en gérant le tout directement de votre smartphone, il y a des chances que cela vous paraisse confus.

Mais si dès le départ je vous annonce que vous pouvez partir de chez vous l’esprit tranquille tout en gardant un œil sur votre habitation, les choses deviennent déjà beaucoup plus claires.

Que le bénéfice soit une solution à un problème spécifique ou une expérience offerte par votre produit, tant que celui-ci n’est pas compris par l’utilisateur,  les fonctions lui sembleront abstraites.

Mais quelle est réellement la différence entre une fonction et un bénéfice et comment s’y prendre ?

Le bénéfice est le résultat qu’apportent les fonctions d’une offre.

Prenons le cas de Dropxbox. Le bénéfice est de vous simplifier la vie (« simplify your life ») tandis que la fonction est de stocker et de partager des fichiers.

Si demain vous décidiez d’offrir un service d’emailing, le bénéfice sera par exemple de gagner du temps au travail  et la fonction d’automatiser et classer les emails.

Vous pourriez très bien mettre un message sur la page d’accueil en mettant le bénéfice principal en premier suivi d’une fonction (« Gagner du temps au travail en automatisant vos emails »).

Celui-ci peut être écrit mais également expliqué par une courte vidéo.

Comment cela fonctionne-t-il ? Une fois convaincu du bénéfice, l’utilisateur doit pouvoir en profiter facilement. Ne pas comprendre comment utiliser un produit ou faire le parcours du combattant pour y accéder est extrêmement rageant !

Pour cela, la navigation doit être intuitive et le nombre de changement de pages réduit au maximum. Offrez à votre utilisateur un chemin « balisé » pour qu’il ne puisse jamais se perdre en cours de route.

Restez donc toujours simple et souvenez-vous que lorsqu’un prospect arrive pour la première fois sur votre site web ou votre application mobile, vous n’avez pas le droit à l’erreur…ou bien il ira voir ailleurs !

8 Réponses à Startups, comment vous différencier avec votre application mobile ou votre site web

  1. baudry 8 novembre 2012 at 16:18 #

    En effet, un bon site est un site simple à comprendre. en 2 secondes on doit immédiatement savoir à quoi le site sert et où aller chercher l’information… et c’est toute la difficulté! On est souvent tenté de vouloir tout mettre.. Éliminer de l’information pour simplifier la page d’accueil n’est pas chose aisée..
    Une bonne manière également est de mettre une frise 1 => 2 =>3 en haut, dès la page d’accueil pour banaliser le parcours dans l’esprit du visiteur.
    J’ajouterai qu’il est recommandé de vérifier le taux de rebond sur la page d’accueil. un taux élevé est un signe d’une page d’accueil trop compliquée pour le visiteur.

  2. Cédric Labeau 8 novembre 2012 at 18:43 #

    Effectivement, ce n’est pas facile de simplifier et de faire passer un message percutant en peu de temps. Surtout quand on est fier de son produit et qu’on a l’impression de minimiser son potentiel. 😉
    Mais il n’y a pas vraiment le choix. Si le bénéfice n’est pas immédiatement compris et que le prospect n’y voit aucun intérêt, vous pouvez être sûr qu’il ne reviendra pas.

  3. Clément 9 novembre 2012 at 0:19 #

    Bonjour Cédric,

    Cet article arrive à point nommé pour moi, votre analyse est intéressante. Il est en effet très facile de tomber dans le piège de l’ingénieur qui rajoute fonctionnalités sur fonctionnalités.

    Nous nous sommes rendu compte que nous devions arrêter de complexifier notre outil Budget Insight lorsque ma femme qui est doctorante en mathématiques appliquées m’a dit que l’application était déjà trop compliquée quand je la trouvais encore trop simple.

    Nous essayons donc, avant de développer une nouvelle fonctionnalité, de toujours nous poser la question: « est ce que l’utilisateur va comprendre instantanément ce que je suis en train de lui proposer ? ». Si la réponse est « sûrement » on sait qu’on doit reprendre toute l’ergonomie.

    Je serais heureux que vous testiez Budget Insight sur le site http://www.budget-insight.com si ce n’est déjà fait et que vous nous fassiez un retour.

    Cordialement,

    Clément

  4. Cédric Labeau 9 novembre 2012 at 12:09 #

    @Clément

    Ton épouse a raison (ah les femmes! Que deviendrait-on sans elles! 😉 )

    Quand on crée un produit, il nous semble toujours simple puisque nous passons un temps fou dessus et le connaissons de A à Z.
    Il faut arriver à se mettre dans la tête du client qui le découvre pour la toute première fois.
    Le mieux est de faire tester, d’observer et de demander aux personnes ce qu’elles ont compris et pensé du produit.

    Je vais tester Budget Insight et je te donne mes impressions;)

  5. PierrickFil 12 novembre 2012 at 11:34 #

    Article très pertinent !

    Je rencontre moi-même les écueils cités dans l’article et les commentaires alors que pourtant la vision de départ de ma société et de son produit est la simplicité !

    Dans ce genre de situation (je rejoins Cédric), la meilleure solution (pour moi), est de solliciter des personnes externes afin de recueillir leurs impressions en toute objectivité ce qui veut dire :
    1) ne pas orienter leurs réponses en posant des questions simples :Quel est le message du site? Que propose-t-il ? Que permet de faire le produit ? Comment ferais-tu pour… ? Est-ce simple ? etc
    2) être à l’écoute des réponses (vraiment) et savoir accepter la critique.
    3) Evoluer intelligemment suite aux retours !

    Pas… simple… 😉

  6. Cédric Labeau 12 novembre 2012 at 13:05 #

    @PierrickFil

    Merci;)
    Si jamais en demandant à des personnes de tester ton offre, celles-ci ont du mal à comprendre et à saisir le message, c’est qu’effectivement il faut revoir toute la communication.

    @Clément

    J’ai testé Budget Insight, le message est clair. Je t’avoue que le seul point de résistance, c’est le fait de devoir donner son numéro de compte bancaire et son code confidentiel qui (ça reste mon point de vue!) risque d’être une barrière psychologique pas évidente à casser chez les prospects.

  7. Clément 12 novembre 2012 at 19:35 #

    Merci d’avoir testé l’application. En effet, nous avons une barrière psychologique forte un peu comme pour les premiers paiements par carte bancaire sur internet. Cela dit nous espérons que les mentalités vont évoluer car les identifiants bancaires présentent moins de risques que les codes de carte bleu qui permettent de réaliser des transactions hors bénéficiaires.

    Pour un prochain post, il serait intéressant d’aborder comment adapter son produit en fonction du canal, nous sommes une application Web mais aussi Smartphone et bientôt tablette, les usages sur ces outils ne sont pas les mêmes, le bénéfice utilisateur recherché peut être différent. Chaque Device a ses avantages et ses inconvénients. Je serais heureux de lire là dessus à l’occasion.

  8. Cédric Labeau 12 novembre 2012 at 20:16 #

    @Clément

    Si je peux me permettre de te donner un conseil, n’attends pas que les mentalités évoluent mais prends les devants en interrogeant, si tu ne l’a déjà pas fait, tes utilisateurs pour voir ce qui pourrait les rassurer.
    Les clients ont parfois des idées vraiment intelligentes.
    Sinon établis une stratégie immédiatement, je suis sûr qu’il y a des solutions pour casser cette barrière psychologique.
    Ça mériterait qu’on se creuse les méninges tiens! 😉

    Pour le sujet d’article, je vais voir ce que je peux faire 😉

Laisser un commentaire