Top

Startups : Sept conseils pour trouver votre Commissaire aux Comptes

Article de Didier Maréchal, du cabinet éponyme d’Expertise-Comptable et Commissariat aux Comptes. A la suite de Création d’entreprise : 10 conseils pour choisir son expert-comptable et de A quel moment choisir son expert comptable quand on crée une entreprise ? Didier vous conseille aujourd’hui sur le choix de votre commissaire aux comptes (CAC). 

Commissaire aux Comptes

L’entrepreneur/créateur, à ses débuts, consacre beaucoup de temps et d’énergie à son business (marché, clients, collaborateurs…). Mais il doit aussi  s’impliquer dans le choix de ses fournisseurs, dont l’un est très particulier : son commissaire aux comptes (CAC), s’il est concerné*. Il a intérêt à le sélectionner soigneusement, car la durée de son mandat est de…six ans. Voici donc sept conseils utiles pour le choisir.1/ Déterminez vos besoins et attentes vis à vis de votre CAC. Souhaitez-vous un budget moins élevé, avec plus de contacts avec des collaborateurs,  et moins avec le signataire, chef d’entreprise comme vous ou un budget plus élevé avec une plus grande implication du signataire ? Souhaitez-vous une signature connue, voire prestigieuse ou un CAC de proximité vous suffit-il ?2/ Sollicitez votre réseau de conseils pour qu’il vous recommande un CAC.Votre expert-comptable, votre avocat peuvent vous recommander un CAC de leur connaissance.Avantage 1 : le CAC prescrit est sensé être sérieux et performant, vous gagnez donc du temps en évitant d’avoir à chercher.Avantage 2 : prescripteur et prescrit ont l’habitude de collaborer ;  l’information circulera bien, les méthodes de travail sont connues. Leurs missions respectives se dérouleront donc plus harmonieusement.Inconvénient: Une « boulette  » de l’un ou de l’autre pourrait être couverte, afin de se protéger mutuellement des réclamations du client commun.3/ Sollicitez votre réseau personnel de chefs d’entreprise audités par un CACSi vos relations/amis chef d’entreprise sont satisfaits de leur CAC, c’est un premier point positif, à confirmer. Ainsi, vérifiez, notamment, que ce CAC connaît votre activité et pratique des tarifs qui vous conviennent.4/ Rencontrer le commissaire aux comptes :4.1 A votre bureauEvaluer son degré de compréhension et d’intérêt à votre projet.Il faut qu’il ait vraiment envie de vous « accompagner » pendant au moins six ans, sachant que rentre dans sa mission la révélation au procureur de la République des faits délictueux dont il aurait connaissance dans l’exercice de sa missionEvaluer son niveau d’utilisation des techniques de communication actuelle.4.2 Dans son cabinetLe deuxième rendez-vous (éventuellement de signature de la lettre de mission) aura idéalement lieu au bureau de votre CAC.Vous rendre compte de l’ambiance de travail, de ses installations, est fort instructif.Vous faire présenter et échanger avec l’équipe qui vous auditera (au moins le chef de mission). Se renseigner discrètement sur le niveau du Turn-over. Votre staff comptable s’énervera à réexpliquer chaque année votre business à des juniors.5/  Evaluer le degré de disponibilité de vos interlocuteurs et le niveau de  leurs engagements en terme de délai de réaction à vos demandes. Le délai nécessaire pour vous établir la lettre de mission est un premier indice. La durée du premier entretien en est un autre (Il est difficile de se faire une idée (de part et d’autre) en moins de deux heures.6/ Analyser soigneusement la lettre de mission (contrat) avant de la signer. Analyser les taux et modalités de facturation de la mission d’audit légale et des missions complémentaires.7/ Limiter à cinq le nombre de cabinets consultés, afin de consacrer suffisamment de temps à chacun pour échanger. Puis décidez. Mais attention, si vous vous trompez, vous ne pourrez en changer que dans six ans: il n’y a pas de période d’essai. *Doivent désigner un CAC titulaire et un CAC suppléant, notamment :– Toutes les sociétés anonymes (SA)– Les SARL qui dépassent deux des trois seuils suivants : Bilan > 1.550 K€, CA > 3.100 K€, Effectif > 50 salariés.– Les Sociétés par actions simplifiées (SAS)  qui dépassent deux des trois seuils suivants : Bilan > 1.000 K€, CA > 2.000 K€, Effectif > 20 salariés, ou lorsque la SAS contrôle ou est contrôlée par une ou plusieurs sociétés, sans conditions de seuils. Merci Didier.
Pas encore de commentaires.

Laisser un commentaire