Top

Une création d’entreprise réussie = un constat de manque, un but, un moyen

Pour leur première chronique mensuelle de My startup story™ saison 3,  William Genis et Quentin Peretti, co-créateurs de Neosquat, ont choisi de vous parler des raisons, exemples à l’appui,  de créer une boite.

RaisonCréationentreprise

Entrepreneurs, vous êtes-vous déjà lassés de répondre aux questions « Comment créer une entreprise ? » ou « Que fait la vôtre ? » Par quel bout commencer, quelles étapes, quels ingrédients, comment expliquer une activité nouvelle sans passer pour un marginal ? Nous avons eu à répondre à ces questions tant et tant de fois que nous en sommes arrivés à nous lasser nous-mêmes de notre réponse toute faite et qui portait chaque fois un peu moins de passion. C’est pourquoi nous avons imaginé une réponse bien plus concrète, plus agréable à entendre, plus rigolote aussi (sinon comment vendre l’entrepreneuriat ?) et qui au final redonne un vrai sens à nos actions de créateurs. Cette explication change l’approche de l’interrogateur : la question qui mérite d’être posée n’est pas « comment » mais « pourquoi » créer une entreprise. Et la réponse s’articule autour de trois notions : un constat de manque, un but, un moyen.Simple et d’une efficacité avérée, cet axe de présentation place l’entreprise comme moyen de combler un manque pour atteindre un but comme celui de NeoSquat : changer en profondeur une habitude de consommation du mobilier. Laissez-vous guider dans une aventure géniale et accessible ! 

Le constat de manque

« L’idée » à l’origine de la création des entreprises en France génère une certaine  admiration, une distance entre l’image que l’on peut en avoir, et ce qu’elle est en fait. Avoir la bonne idée, le vœu pieu de nombreux intéressés qui attendent l’illumination soudaine de l’esprit qui les guidera vers la gloire. A notre sens il y a beaucoup moins de génies illuminés que de créateurs d’entreprises ! L’idée ne tombe que trop rarement du ciel pour être attendu béatement, il faut aller la chercher. En observant le monde dans lequel nous vivons, quelle que soit l’échelle, quel que soit le lieu, qui que soient les gens, observer, chercher la faille, chercher le moment où les systèmes en place ne répondent pas à une problématique. Le constat de manque est en fait bien plus important qu’on ne l’imagine, bien plus important que l’idée, il est l’origine réelle d’une création, le pourquoi de l’action, l’ADN d’un projet.Chez Neosquat, nous ne sommes pas des génies, nous n’avons pas cherché une idée, seulement une faille dans laquelle s’engouffrer. Et cela change tout ! Vouloir combler un manque donne un sens à l’action menée et la rend plus forte dans le temps, ce qui permet aussi de fédérer autour d’une cause. Notre constat de manque est simple : le marché du mobilier en grande distribution n’a pas évolué face à un public de plus en plus conquis par la facilité d’internet mais aussi et surtout sa rapidité et le service que l’on peut y trouver

Le but

Maintenant que nous avons trouvé notre constat de manque, il nous faut imaginer le but à atteindre concrètement pour le combler. Et le but découle tout naturellement du constat : pour nous il s’agit de modifier en profondeur le comportement du consommateur face à ses besoins en mobilier : un besoin éphémère doit pouvoir être comblé, un besoin plus long mais temporaire également, une livraison « juste à temps » doit pouvoir être proposée, un service de très grande qualité autour du mobilier doit être mise en place de manière simple et efficace pour le client.Pour tout vous dire, il nous semble insupportable que les itinérants (stagiaires, jeunes diplômés, premiers emplois…) soient plus ou moins forcés de choisir un logement meublé ou de déménager tous leurs meubles en camionnette. Le mobilier ne doit plus être un objet d’appartenance, mais un objet utilisable comme bon nous semble et sans contrainte, simplement. A cette étape, vous aurez déjà conquis votre interlocuteur et rapporté son scepticisme au niveau le plus bas. Ne dîtes pas ce que vous faites mais expliquez la raison pour laquelle vous le faites. Non seulement vous redonnez un sens à votre action, mais aussi à votre discours. 

Le moyen

Dernière étape, le moyen, l’entreprise. Nous n’en avons presque pas parlé mais il est maintenant temps d’expliquer comment vous avez imaginé la solution au problème soulevé et le moyen d’atteindre votre objectif. Comment marche votre entreprise ? Comme vous êtes face à un interlocuteur conquis par le sens que vous donnez à vos actions (et à votre vie ? ), vous pouvez sans retenue expliquer la valeur ajoutée de votre offre : des prix accessibles, une livraison adaptée, un service optimum. Lorsque NeoSquat aura atteint son but, l’ensemble des consommateurs pourront consommer à leur guise du mobilier de bonne qualité sans se soucier des contraintes logistiques. D’ailleurs, la révolution de la location est en marche dans presque tous les domaines, nous assistons à un changement profond des mentalités du consommateur quant à sa position face au produit. L’important n’est plus de posséder mais d’utiliser… !Si les changements profonds des habitudes de consommation, en lesquels nous croyons très fort, vous intéressent autant que nous, alors nous espérons que pour cette raison au moins vous aurez plaisir à nous lire ! Sinon, nous restons certains que d’autres sujets que nous pourrons traiter éveilleront votre intérêt.A bientôt – L’équipe NeoSquatMerci Quentin et William et rendez-vous en février pour votre prochaine chronique. 

2 Réponses à Une création d’entreprise réussie = un constat de manque, un but, un moyen

  1. julia molet 12 janvier 2014 at 11:52 #

    Je trouve que vous expliquez pas vraiment, pour moi l’entreprenariat c’est un constat d’un marché pour ce rendre compte de ce manque comme vous dites il faut faire une etude de marché, analyser le marché du secteur que l’on souhaite, puis analyser le comportement de ces concurrents .puis l’idée cela se travaille en observant son environnement surtout. Le plus important aussi c’est de savoir anticiper , faire évoluer son marché et gagner des parts de marchés . au final la reussite n’a pas de réel mode d’emploi il faut savoir sentir

  2. William Genis 13 janvier 2014 at 10:42 #

    Bonjour Julia

    Merci pour votre réponse. Nous avons volontairement éviter de rentrer dans les notions de parts de marché, étude de marché, business plan etc qui comme vous le soulignez à juste titre sont fondamentaux dans la création et la gestion d’une entreprise. Et il est aussi vrai que l’idée évolue avec la recherche de données et en fonction de la réalité du marché. Nous avons ici voulu confier notre « nouvelle manière » d’expliquer ce que nous faisons, et surtout vous l’aurez compris pourquoi nous le faisons, auprès des personnes qui ne sont pas entrepreneurs et que l’on ne souhaite plus perdre avec des explications impalpables!

Laisser un commentaire